En voiture ! les impressions d’un passager de la voiture autonome Waymo / Google

Opération « portes ouvertes » chez Google Waymo qui, c’est une première, a invité une série de journalistes sur son espace de test, le « château », une ancienne base aérienne au centre de la Californie, que Waymo a transformé en terrain de jeu pour ses voitures autonomes. Sur ce site, que Google loue depuis 2012, sont reproduits différents aménagements routiers, ainsi que des situations de conduite classique : des piétons qui traversent, des skateurs – on est en Californie – d’autres voitures, des feux de signalisation etc.

© The Verge

L’idée derrière cette opération de com est de donner à voir la manière dont les voitures autonomes présentent les choses à leurs passagers humains. Google a pas mal travaillé sur la manière de présenter l’environnement numériquement, tel que « vu » par l’intelligence artificielle qui conduit la voiture. Et le choix a été celui de la curation : montrer moins d’éléments, mais montrer ceux qui ont du sens pour que les passagers comprennent ce qui se passe. Ainsi, les autres voitures sont représentées par des rectangles bleus, quand un véhicule de secours est entouré d’un halo clignotant rouge, signalant sa spécificité ; piétons, cyclistes et éléments de signalisation sont également visibles à l’écran. La route est évidemment visible, ainsi que le temps de trajet jusqu’à destination.

Deux écrans, placés sur le dossier des sièges avant, informent les passager à l’arrière avec une représentation graphique de l’environnement nommée x-view. L’enjeu de cette communication visuelle est de donner un sens aux opérations de conduite automatique. Pourquoi la voiture ralentit-elle ? Parce qu’elle arrive près d’un piéton qui traverse, par exemple.

Dans la Chrysler Pacifica qui sert aux tests et aux présentations presse, les interactions humaines sont très limitées : un gros bouton bleu « start ride » permet de lancer la course, un autre « pull over » d’initier un arrêt immédiat, un troisième d’entrer en contact avec l’assistance à distance de Google.

Les voitures de Google Waymo opèrent dans ce que les ingénieurs appellent le « mode 4 », c’est à dire la conduite totalement autonome à vitesse modérée. D’après les retours de The verge, le voyage se fait en toute quiétude et sécurité, mais on demeure dans un environnement contrôlé.

Waymo a effectué, cependant, des test en environnement urbain, à Phœnix en Arizona, à travers le programme « Early Rider », ouvert aux volontaires depuis maintenant 8 mois. Et Wamo a déjà enregistré pas mal d’informations utiles. L’une semble triviale mais elle sera clef quand ces voitures seront vraiment en fonctionnement : à la différence d’une voiture Uber, où l’on peut appeler le chauffeur pour donner une indication précise de sa localisation, rien de tel n’est possible avec les voitures autonomes de Google. Et les clients ne sont pas assez précis pour donner leur localisation, aboutissant à une voiture autonome qui ne trouve pas son passager, et à un passager qui peine à se faire reconnaitre par la voiture qu’il a commandée. Waymo travaille donc à reconnaitre le comportement d’un passager potentiel qui va au devant de la voiture quand il l’aperçoit.

Au final, après ces tests presse, la voiture autonome, sans conducteur derrière le volant, semble plus proche que jamais, tout en restant assez éloignée de la réalité ; entre l’environnement contrôlé et l’environnement ouvert, variant, complexe, il reste encore pas mal de pas à franchir.

MacBook Retina dès 1169 €, iPad mini 4 dès 419 € sur le Refurb

Le Refurb se vide, aujourd’hui encore : des MacBook Air 11” à 1059 €, des MacBook Retina 12″ 2017 dès 1269 €, ainsi que les MacBook Pro 15” Touch Bar dès 2269 € sont de la partie. La boutique de produits reconditionnés d’Apple propose également des offres couvrant une large gamme de besoins, en partant des iPad mini 4 dès 419 € et des iPad Pro dès 529 €.

MacBook Pro 15” 2016

Aucune offre

Aucune offre

iPad Pro 9,7”

iPad Pro 12,9”

iPad d’ancienne génération

Idéal pour jouer les liseuses bon marché, mais avec des capacités tablettes.

Aucune offre

aucune offre

Samsung désigne… 3 nouveaux CEO et publie des profits records

Après l’annonce du départ de son CEO et vice-président, Kwon Oh-hyun, Samsung revient sur le devant de la scène avec la désignation de 3 nouveaux CEO pour les principaux secteurs couverts par ce gigantesque chæbol : Kim Ki-nam prend la tête de la filiale composants, Kim Hyun-suk (HS Kim) de l’électronique grand public et Koh Dong-jin (DJ Koh) celle du secteur mobile et informatique.

Le changement n’est pas si important qu’il y parait : Kim Hyun-suk et Koh Dong-jin assuraient déjà un rôle de co-cEO, et deviennent désormais CEO d’une branche de Samsung ; Kim Ki-nam de son côté gérait déjà la branche semi-conducteurs de Samsung, après avoir été CEO de Samsung Display. Bref les « nouveaux leaders » s’inscrivent dans la continuité antérieure, et on est assez loin d’un « nouveau souffle » du côté de l’encadrement.

Comme attendu, Samsung profite de l’occasion pour confirmer ses résultats records : Samsung a réalisé environ 11,16 milliards d’euros de bénéfices pour un chiffre d’affaires de 47,56 milliards d’euros pour le trimestre allant de juillet à septembre 2017, battant le record établi lors du trimestre précédent. C’est la branche semi-conducteur, justement, qui pousse le plus les profits.

Apple songerait à se passer totalement de Qualcomm pour ses iPhone / iPad

Apple songerait – activement – à totalement se passer des modems et des puces Qualcomm dans ses iPhone et iPad, et ce dès l’an prochain, estime le WSJ. La guerre juridique que se livrent les deux géants explique largement cette intention même si l’exemple de samsung doit inciter à la prudence. Après tout, Apple ne s’est jamais passé du fournisseur coréen, malgré une bataille juridique permanente et une compétition économique qui ne l’est pas moins.

Mais, dans le cas de Qualcomm, un élément supplémentaire s’ajoute aux seules joutes de prétoires : Qualcomm fait de la rétention d’information vis à vis d’Apple, par mesure de rétorsion à la suspension du paiement des royalties par Apple et certains de ses sous-traitants. Qualcomm prive par exemple Apple du logiciel nécessaire pour tester ses modems.

Dès lors, Apple compte se tourner vers Intel, qui fournit déjà des modems pour ses iPhone, moins performants que ceux que Qualcomm. Et pour maintenir une concurrence bénéfique entre ses fournisseurs, Apple aurait également recours à MediaTek, comme second fournisseur.

À ce stade, préviennent les informateurs du Journal, les plans d’Apple peuvent encore largement changer mais s’ils demeuraient dans la ligne actuelle, un nouveau pas serait franchi dans la guerre entre les deux géants de l’électronique.

iPhone X : 9 à 12 millions d'exemplaires précommandés en trois jours ?

Tim Cook et Mark Zuckerberg s’en vont en Chine (rencontrer le Président Xi Jinping)

iOS 11.2 intègre SiriKit pour le HomePod et tvOS 11.2 ne forcera plus l'affichage en HDR/4k

iOS 11.2 beta 1 corrige le bug de la Calculette

SiriKit iOS 11.2 autorise Siri sur HomePod pour certaines apps tierces

Apple met en avant SiriKit, un framework qui arrive avec iOS 11.2 bêta et le firmware spécifique pour l’engin connectée Apple. Celui-ci vient ajouter des fonctionnalités à Siri sur HomePod. Alors que l’assistant personnel d’Apple peut déjà, sur HomePod, contrôler la lecture musicale, répondre à diverses questions, il sera capable de gérer également quelques interactions avec des apps tierces. Un nombre limité d’apps dans des domaines limités : les apps de messageries, celles qui permettent d’établir des listes (de courses par exemple) et des apps de prises de note.

« Les apps adoptent SiriKit par le biais d’une extension qui communique avec Sir même lorsque l’app n’est pas active », précise la Pomme. Apple avertit donc les développeurs de cette possibilité en les invitant à se pencher sur SiriKit sur HomePod.

Beats Studio 3 sans-fil : on le déballe et on vous l'offre ! (vidéo + concours)